Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Imprimer
Accueil Choisir mes études Ma 1re année en...

Ma 1re année en licence économie et gestion

La transition entre le lycée et l’université n’a pas été évidente pour Pierre. L’étudiant a dû s’adapter à un nouvel environnement, se familiariser avec de nouvelles matières, mais aussi se prendre en charge. Aujourd’hui en 2e année de licence, il garde malgré tout de très bons souvenirs de sa 1re année.

Pourquoi avoir choisi la licence d’économie et gestion ?

"J’ai obtenu un bac S science de l’ingénieur, mais je ne voulais pas poursuivre dans ce domaine. J’ai eu envie de m’orienter vers l’économie." Au cours de ses recherches, il repère l’école d’économie de l’université de Toulouse 1 (Toulouse School of Economics), mais découvre qu’elle n’est accessible qu’après une L2. Pierre opte alors pour la licence d’économie et gestion de la même université. "L’idée de vivre à Toulouse a également compté dans mon choix." Le jeune homme était en lycée à Carcassonne.

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

La L1 d’économie et gestion comporte beaucoup de mathématiques de haut niveau. "J’aurais préféré qu’il y ait une approche un peu plus sociale, avec de l’histoire de la pensée économique par exemple, et que la formation offre ainsi un bon compromis entre les approches quantitative et qualitative", note Pierre. Le jeune homme insiste sur l’exigence attendue dans cette matière, à laquelle beaucoup d’étudiants ne sont pas préparés. "Les matrices intégrales, par exemple, ne sont pas du tout étudiées en terminale ES. Les professeurs nous préviennent d’emblée : cette licence est plus difficile pour un bachelier ES que pour un bachelier S." Nombre d’étudiants ont d’ailleurs fait appel à un tuteur en mathématiques. Le jeune homme a heureusement bénéficié d’une forte entraide au sein de son groupe de camarades. "J’ai aussi sollicité l'aide d'un ami qui étudie à la Toulouse School of Economics", ajoute Pierre, pourtant issu de terminale S. "Avec 500 étudiants en amphi, le professeur ne peut pas s’interrompre si un élève a une question. Mais heureusement, les chargés de TD sont accessibles. Pour ne pas risquer d’être perdu, il faut devenir rapidement autonome et travailler par soi-même. C’est une condition essentielle pour réussir", affirme Pierre.

À quel rythme de travail a-t-il fallu s’acclimater ?

L’année est intense et le niveau est élevé. Il est donc nécessaire de travailler régulièrement dès le départ. "J’anticipais quand il y avait beaucoup de travail : exercices d’application en mathématiques, en macro et microéconomie, études marketing à mener, exposés seul ou en groupe à préparer en anglais et en marketing. J’ai également consacré beaucoup de temps à la préparation des partiels, notamment par le biais des annales mises à notre disposition sur le site de l’université."

Ce qui change par rapport à la terminale ?

D’abord, il y a le rythme : "l’année du bac, j’avais une quarantaine d’heures de cours par semaine. En L1, j’avais 25 heures de cours en moyenne, sans obligation de présence aux cours magistraux. C’était parfois difficile de s’y contraindre !" En cours, le jeune homme a surtout apprécié les analyses économiques abordées en cours de macro et micro-économie. En revanche, du fait de leur niveau de difficulté, les mathématiques l’ont quelque peu déconcerté. Autre nouveauté : les cours de marketing, qui l’ont intéressé. Le plus étonnant pour lui ? "Au lycée, nous étions relativement proches de nos enseignants. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait aussi peu de contact avec les professeurs de cours magistraux." Une distance qui a été un peu perturbante à l’approche des premiers partiels. Le stress inhérent à cette période a été difficile à gérer pour le jeune homme.

Et après ?

Pierre projette de poursuivre en master d’économie ou de management, mais sans savoir encore précisément lequel. Avant cela, il souhaiterait partir travailler quelques mois à l’étranger pour améliorer son anglais et acquérir de l’expérience. "J’ai plusieurs pistes à Londres, dans la restauration et dans la vente. Et j’attends encore des réponses pour le Danemark et l’Australie."

Licence économie et gestion, fiche d’identité

Durée : 3 ans, avec plusieurs choix de parcours en L3.

Inscription : sur dossier scolaire via la procédure commune d’accès à l’enseignement supérieur.

Profils des admis : bacs S et ES en majorité avec un très bon niveau en mathématiques.

Cadre : dans une quarantaine d’universités.

Emploi du temps : entre 20 et 30 heures de cours par semaine.

Matières : économie (macro et microéconomie), mais aussi histoire économique, gestion, mathématiques, statistiques, droit et langues vivantes.

Charge de travail : travail personnel important en dehors des cours (environ 15 heures par semaine selon Pierre).

Vie de classe : cours magistraux en amphi pouvant compter jusqu’à 500 étudiants en L1 et travaux dirigé en "petits" groupes.

Encadrement : contrairement au lycée, les élèves sont peu encadrés. Ils doivent apprendre à être autonomes et à travailler seuls. Ceci étant, un tutorat d’accueil et d’accompagnement méthodologique est organisé à l’intention des étudiants de L1.

Vie extra-scolaire : possibilité de s’impliquer dans la vie associative en rejoignant le BDE (bureau des élèves) ou le BDS (bureau des sports) ou une autre association.

Validation : les étudiants sont évalués sous forme de partiels qui représentent 60 % de la note finale, mais aussi en contrôle continu qui compte à hauteur de 40% de la note globale.

Diplôme : la licence se déroule sur 6 semestres répartis sur 3 ans (L1, L2, L3) et correspond à un total de 180 crédits européens ECTS. La licence est délivrée sous réserve d’avoir validé ces 180 ECTS. Diplôme reconnu au niveau européen (LMD), à bac+3.

Coût de la scolarité : frais d’inscription universitaire de 184 euros en 2017-2018.

 

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels