Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Imprimer
Accueil Choisir mes études Ma 1re année en...
Publication : mars 2018

Ma 1re année en BTS Conception et réalisation en chaudronnerie industrielle

À 19 ans, Valentin prépare un BTS Conception et réalisation en chaudronnerie industrielle au Lycée Léonard de Vinci à Soissons. Ce qu'il aime : concevoir et fabriquer une pièce de A à Z, une passion qui le motive à créer sa propre entreprise. Zoom sur cette formation offrant de réels débouchés.

Pourquoi avoir choisi de poursuivre tes études en BTS ?

"Avec mon BTS, j'aurai plus de compétences, ce qui me permettra d'avoir un meilleur statut et un meilleur salaire, affirme Valentin. Pour moi, obtenir ce diplôme, ça reste un prestige et ça force le respect, car peu de chaudronniers possèdent un BTS". Son projet personnel est de monter son entreprise : "le BTS va m'apporter un éventail de connaissances pour savoir gérer ma boîte. Et puis cette formation m'apprend à réfléchir encore plus, à me poser beaucoup de questions, à développer mon esprit logique et mon bon sens".

Ce qui change par rapport à la Terminale ?

Le BTS est beaucoup plus théorique que le bac pro. Le niveau est élevé dans les matières générales et technologiques. Valentin raconte un projet d’envergure auquel sa classe a participé :"en 1re année de BTS, j'ai beaucoup aimé travailler sur "le chemin de mémoire" de Soissons : deux rails de chemin de fer posés à la verticale, ornés de panneaux qui commémorent les victimes de la déportation de la seconde Guerre mondiale". On est loin du travail d'usine traditionnel qu'on pourrait imaginer en chaudronnerie. Selon Valentin, ce projet était technique et artistique. "Il est installé sur une allée piétonne de Soissons, et c'est sympa de voir des gens admirer ce qu'on a créé", raconte-t-il.

Comment se passe le stage ?

En BTS, le stage dure 8 semaines d'affilées, en fin de 1re année. "J’ai travaillé avec un artisan spécialisé en métallerie. Si l'on est capable de montrer son envie et sa motivation, c'est facile de trouver un stage en chaudronnerie : ici, il y a 3 fois plus d'entreprises que d'étudiants de BTS CRCI", raconte Valentin. Lors de ce stage, il a découpé, percé, oudé et  créé de belles pièces uniques : des portails, du mobilier, des escaliers… "Ce que j'aime, dit le jeune homme, c'est savoir travailler sur toutes les machines, concevoir et fabriquer ma pièce de A à Z. " Et voir le client satisfait à la fin. "Ça fait plaisir, et c'est important."

Parle-nous de ton stage

"En BTS, le stage dure 8 semaines d'affilée, en fin de 1re année. Je suis allé travailler avec un artisan spécialisé en métallerie. Si l'on est capable de montrer son envie et sa motivation, c'est facile de trouver un stage en chaudronnerie : ici, il y a 3 fois plus d'entreprises que d'étudiants de BTS CRCI. Lors de ce stage, j'ai découpé, j'ai percé, j'ai soudé et j'ai créé de belles pièces uniques : des portails, du mobilier, des escaliers… Ce que j'aime, c'est savoir travailler sur toutes les machines, concevoir et fabriquer ma pièce de A à Z. Et voir le client satisfait à la fin. Ça fait plaisir, et c'est important."

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

"Moi, ce sont les maths qui m'ont posé problème, explique-t-il. Je n'ai pas eu de remise à niveau dans les matières générales en arrivant en BTS, alors que mes camarades qui viennent de bac S ou STI2D ont eu une remise à niveau dans les matières professionnelles". Il s’est accroché et arrive maintenant à 10 de moyenne en maths. "Si j'avais su, j'aurais mieux suivi mes cours de maths au collège et au lycée, j'aurais eu moins de lacunes", dit-il.

Des conseils pour réussir dans cette voie ?

Selon Valentin, il y a du travail personnel à fournir : "je ne suis pas un féru de travail, mais je relis beaucoup mes cours pour revoir ce que je n'ai pas compris. " Le principal pour lui, c'est surtout d'écouter en cours et de prendre des notes. "Il faut participer, conseille-t-il, quitte à se tromper… et demander des exercices supplémentaires, parce qu'on apprend en s'entraînant. " Il ne faut pas avoir peur de poser des questions aux profs, "surtout qu'on est adultes maintenant ! ", poursuit-il. Il faut aussi savoir travailler en équipe, écouter les autres, surtout les anciens. "Ce qu'on nous demande en BTS, c'est d'avoir une démarche de réflexion", dit Valentin.

Et après ?

"Grâce à mon stage, il y a de fortes chances pour que l'artisan m'embauche à la sortie de mon BTS. D'autres entreprises du Soissonnais cherchent actuellement à embaucher 12 chaudronniers. Il y a du travail !, affirme-t-il. On peut aussi continuer ses études en licence professionnelle, en école d'ingénieurs, en Institut de soudure… Valentin a envie de s'insérer sur le marché du travail et de gagner sa vie. "Je veux économiser pour monter mon entreprise. J'ai ce projet avec un camarade de classe : on va travailler dur pour lancer l'entreprise et la stabiliser. J'ai plein d'idées et je veux aller au bout de ce projet !", conclu-t-il.

 

BTS Conception et réalisation en chaudronnerie industrielle

Durée : 2 ans après le bac.

Sélection : sur dossier, via Parcoursup, la procédure commune d'admission dans l'enseignement supérieur.

Profil des admis : le BTS CRCI est ouvert principalement aux titulaires d'un bac pro TCI, d'un bac STI2D ou d'un bac S.

Cadre : dans 69 établissements en France, dont 51 proposant l'apprentissage.

Emploi du temps : sous statut scolaire, environ 32 h de cours par semaine, auxquelles s'ajoute du travail personnel à la maison.

Matières : cours théoriques (culture générale et expression, anglais, mathématiques, sciences physiques et chimiques appliquées) et enseignements professionnels et technologiques (études de construction, préparation et gestion de production, techniques et procédés de fabrication, gestion technique et économique d'une entreprise).

Stage : (pour les étudiants préparant ce diplôme par la voie scolaire) 8 semaines en fin de 1re année. Cette formation peut aussi se préparer par la voie de l'apprentissage.

Encadrement : élevé ; proximité des professeurs avec leurs élèves.

Charge de travail : moyenne sous statut scolaire, plus importante en apprentissage.

Validation : contrôle continu et examens.

Diplôme : le BTS est délivré aux candidats qui ont obtenu une moyenne générale supérieure ou égale à 10/20 à l'ensemble des épreuves. Le BTS est reconnu à bac + 2 et donne droit à 120 crédits ECTS.

Coût de la scolarité : gratuit dans les établissements publics ; payant dans les établissements privés sous contrat ou hors contrat. Les frais sont pris en charge par l'employeur dans le cas de l'apprentissage.

Poursuite d'études : en licence professionnelle de chaudronnerie ou métallurgie, en école supérieure spécialisée en soudage, en école d'ingénieurs en mécanique ou en études industrielles…

Métiers accessibles : technicien ou technicienne en chaudronnerie, charpentier ou charpentière métallique. Selon la taille de l'entreprise, les diplômés du BTS CRCI peuvent se spécialiser en bureau d'études, des méthodes, en atelier ou chantier… Ils peuvent devenir responsable d'atelier de fabrication, voire seconder le dirigeant ou la dirigeante.

Débouchés : dans les entreprises de chaudronnerie artisanale ou industrielle travaillant pour des secteurs tels que la construction aéronautique et spatiale, ferroviaire, navale, automobile, l'industrie agroalimentaire, l'industrie chimique, le BTP...

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Mon orientation en ligne